vendredi 27 juin 2014

[Sortir]: Versailles, dans les pas de Marie-Antoinette

 
Après avoir profité de la comédie musicale La Belle et La Bête lors de notre séjour parisien, nous avons migré en banlieue de Versailles pour aller visiter des amis. Ce fut également l'occasion de parcourir pour la première fois l'immense domaine du château de Versailles, demeure des rois de France. Nous avions acheté nos billets (qui nous donnaient accès à l'ensemble des bâtiments) à l'avance sur la billetterie en ligne. Malheureusement pour nous, nous avons confondu les horaires de printemps et d'été et sommes arrivés 5min après la fermeture des portes de l'intérieur du château (après avoir passé la journée à crapahuter sur le reste du domaine). Nous avons donc du nous contenter de son fabuleux extérieur ^^. La galerie des Glaces et la Chapelle privée, ce sera pour une prochaine fois ! En dehors de cette "petite" déconvenue, j'ai adoré cette journée passée dans les pas d'illustres personnalités de l'Histoire. Je vous fais visiter ? (les descriptions sont issues du site officiel).

• Le Petit Trianon
Si Madame de Pompadour, qui souhaitait « désennuyer le roi », fut l’instigatrice de ce petit château que Gabriel édifia dans les années 1760, c’est le souvenir de Marie-Antoinette qui plane sur l’édifice. En 1774, Louis XVI offrit le domaine de Trianon à la Reine qui put y mener une vie éloignée – trop éloignée pour certains – de la Cour. Le château du Petit Trianon a été construit selon la dernière mode, dite "à la grecque" et reprenant les principes antiquisants. Du rez-de-chaussée à l’étage de l’attique, l’architecte Ange-Jacques Gabriel réalise ici son chef-d'œuvre. Sobriété, richesse raisonnée de l'ornement, ordre et perfection caractérisent cette nouvelle manière de bâtir. La rupture avec le style rocaille se retrouve à l'intérieur, en particulier dans le décor de boiseries d'une élégance exceptionnelle. Au premier étage, les salons de réception et appartements de la Reine accueillent les visiteurs avant qu’ils ne découvrent l’entresol puis les appartements du Roi, situés au dernier étage, dans l’attique. Entouré de jardins, le Petit Trianon est visible de tous côtés, forme qui connaitra un grand engouement à la fin du XVIIIe siècle. Les quatre façades sont différentes. Face au Jardin français, s’élève la plus riche, ornée de colonnes, inspirée des temples antiques. La simplicité de celle située au Nord rappelle qu’elle correspond à l’arrière du château qui donnait à l’origine sur les serres du Jardin botanique, remplacé sous Louis XVI par le Jardin anglais.


• Pause gourmande chez Angélina
Depuis plus d’un siècle, le salon de thé Angelina s’est imposé comme un haut lieu des plaisirs gourmands parisiens. Angelina propose aux visiteurs une offre salée et sucrée pour tous les moments de la journée. Côté sucré, les pâtisseries mythiques du salon de thé et le fameux chocolat chaud dit « l’Africain » sont évidemment les incontournables mais vous retrouverez également les créations originales du chef.


• Le Grand Trianon
Le Grand Trianon a été élevé par Jules Hardouin-Mansart en 1687 sur l'emplacement du "Trianon de Porcelaine", que Louis XIV avait fait construire en 1670 pour y fuir les fastes de la cour et y abriter ses amours avec Madame de Montespan. Le Grand Trianon est sans doute l'ensemble de bâtiments le plus raffiné de tout le domaine de Versailles : "petit palais de marbre rose et de porphyre avec des jardins délicieux", selon la description de Jules Hardouin-Mansart (qui respecte à la lettre les indications de Louis XIV très impliqué dans cette construction). On ne peut que tomber sous le charme de cet édifice aux proportions élégantes dégageant intimité, douceur et grandeur. Très influencé par l'architecture italienne, ce palais s'étend sur un seul niveau, placé entre cour et jardin, recouvert d'un toit plat, dissimulé par une balustrade, autrefois agrémentée de groupes d'enfants, de vases et de figures sculptées.

 

• Le Domaine de Marie-Antoinette (les jardins de la Reine et le Hameau)
Sacrifiant le savant jardin botanique de Louis XV, Marie-Antoinette charge son architecte Richard Mique et le peintre Hubert Robert de créer un jardin pittoresque. La mode est alors au jardin anglais, succession artificielle de tableaux de paysages « naturels ». La Reine rêve d’une nature vivante qui ne soit pas emprisonnée dans des serres ou des parterres à l'instar des jardins à la française.

 
Marie-Antoinette, cherchant à fuir la Cour de Versailles, commande en 1783, son Hameau. Elle y retrouve régulièrement les charmes de la vie paysanne, entourée de ses dames de compagnies. L’ensemble devient d’ailleurs une véritable exploitation agricole, dirigée par un fermier, dont les produits alimentaient les cuisines du Château. Sous le Premier Empire, le Hameau est remeublé avec délicatesse pour l’Impératrice Marie-Louise.
 

• Le Château de Versailles
Classé depuis 30 ans au patrimoine mondial de l’humanité, le château de Versailles constitue l’une des plus belles réalisations de l’art français au XVIIe siècle. L’ancien pavillon de chasse de Louis XIII fut transformé et agrandi par son fils Louis XIV qui y installa la Cour et le gouvernement de la France en 1682. Jusqu’à la Révolution française, les rois s’y sont succédé, embellissant chacun à leur tour le Château.

 
This, madame, is Versailles*

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire