jeudi 4 décembre 2014

[Littérature]: Insaisissable T1 - Ne me touche pas de Tahereh Mafi


Ce qu'en dit la quatrième de couverture :

Je suis maudite
J'ai un don
Je suis un monstre
Je suis plus forte qu'un homme
Mon toucher est mortel
Mon toucher est pouvoir
Je veux qu'il me touche
Il ne doit pas m'approcher
Je suis leur arme
Je me vengerai

Juliette est enfermée depuis 264 jours dans une forteresse à cause d’un accident. Un crime. 264 jours sans parler, ni toucher personne. Jusqu’au moment où un gardien vient partager sa cellule. Derrière sa nouvelle apparence, elle le reconnaît : c’est Adam, celui qu’elle aime en secret depuis l’enfance. Pourquoi est-il enfermé avec elle ? Pourquoi lui pose-t-il tant de questions ? Et pourquoi semble-t-il ignorer qui elle est ?


A propos de l'auteur : Née dans le fin fond du Connecticut, Tahereh Mafi a étudié les sciences politiques et parcouru le monde, apprenant en chemin à parler huit langues ! Elle a ensuite décidé de s’installer en Californie, même si le beau temps la déprime, afin de se consacrer à sa passion : l’écriture. Sa première trilogie, Insaisissable, est déjà un phénomène d’édition.


Mon avis : Et une nouvelle dystopie de plus au compteur, une ! Ce titre s'était rajouté à ma PAL après avoir lu une critique élogieuse sur le blog de Nine Gorman et je remercie ma collègue et amie de me l'avoir offert à mon dernier anniversaire. J'attendais beaucoup de ce livre, qui m'a quelque peu déçu au final. Nous suivons donc les aventures de Juliette dans un monde que l'on pourrait qualifier de post-apocalyptique. La Terre s'est retournée contre l'homme : la nature se meurt, les animaux ont presque tous disparus, les oiseaux ne volent plus dans le ciel. Le climat s'est déréglé. Le pouvoir est tombé aux mains d'un organisme tout puissant (et totalitaire), le Rétablissement. Enfermée du haut de sa tour (cellule), Juliette observe ce monde et espère, malgré tout. Elle possède un don, une malédiction : celui de tuer une personne juste en la touchant, d'aspirer sa force vitale telle une plante carnivore. Ainsi mise à l'écart (forcé) du reste du monde, il ne reste qu'à Juliette un petit carnet où coucher ses pensées. Mais tout change du jour au lendemain, lorsqu'un garçon qu'elle semble (re)connaître est amené dans sa prison... Dès les premières lignes du roman, j'ai immédiatement accroché au style d'écriture de l'auteur, qui est réellement une force parmi l'océan de nouveaux titres dystopiques que l'on peut trouver. C'est un style très imagé, poétique, qui colle parfaitement au caractère de l'héroïne. Les premiers chapitres permettent mieux d'appréhender sa personnalité puisque l'on découvre ce qui se passe dans sa tête, sa manière de penser, sa "folie". Nul doute que je serais devenue folle moi aussi à ne voir, entendre, toucher personne en 264 jours ! Mais il y a clairement un creux de la vague au milieu du roman, au moment où la romance est au plus fort (et oui). L'intrigue est ralentie et j'avoue avoir posé le livre sur ma table de chevet quelque temps avant de le rouvrir. Car je n'aime pas laisser une histoire en plan, même si elle me semble moins intéressante. Et j'ai bien fait de m'y accrocher puisque tout s'accélère dans les dernières pages, jusqu'à la fin et son dénouement, inattendu. Mais pas original, malheureusement. Sans vous spoiler, impossible pour moi de ne pas faire le rapprochement avec une autre histoire déjà bien connue du grand public. J'ai tout de même envie de lire la suite, pour voir comment tout cela sera traité et l'évolution de certains personnages. Là aussi, une adaptation cinématographique serait dans les cartons ! Et dans le rôle titre, je verrais bien Nina Dobrev (The Vampire Diaries), déjà habituée à jouer des personnages mi-ange, mi-démon.


2 commentaires:

Ca me donne envie, mais va falloir que je termine d’abord le tome 3 de l’Epreuve que j’ai du mal à terminer ...

Bon, je suis intéressant à elle.

Enregistrer un commentaire