mardi 13 janvier 2015

[Cérémonie]: Golden Globes 2015


Mardi 13 janvier... Il serait peut-être temps de recommencer à blogger non ? Entre la prise de marques au sein de ma nouvelle boutique/équipe et surtout, surtout ! les tragiques récents évènements, je n'avais ni le temps ni le cœur à l'ouvrage. Alors, pour reprendre en douceur, quoi de mieux que le compte-rendu d'une cérémonie strass et paillettes ? Je suis Charlie, comme seul mot d'ordre, de Paris à Hollywood. Je suis Charlie sur la pochette d'Amal Alamuddin. Je suis Charlie sur le smoking de George Clooney. Je suis Charlie sur la pancarte brandie par Helen Mirren ♥
La cérémonie. L'animation de la soirée avait une nouvelle (et dernière ?) fois été confiée aux actrices et humoristes US Tina Fey et Amy Poehler. Comme d'habitude, je me suis délectée de leur monologue d'ouverture qui tape sur tout et tout le monde : le hacking Sony et la Corée du Nord, le manque de rôles significatifs pour les femmes de plus de 40 ans au ciné/à la TV, l'affaire Bill Cosby ou encore l'hypocrisie de certaines stars qui crachent sur le système tout en profitant de ce dernier. Un duo qui a fait ses preuves et que j'aimerais fortement retrouver aux Oscars (ce ne sera pas pour cette année puisque nous retrouverons le pétillant Neil Patrick Harris ♥ bis).
 

 
Réunion Marvel au sommet : quand Iron Man rencontre Star-Lord
Le palmarès. Plutôt inattendu selon moi, il a eu le mérite de mettre en lumière des œuvres passées quasi inaperçues auprès du grand public. Ainsi, The Affair a remporté le prix de la meilleure série dramatique au nez et à la barbe de True Detective, tandis que Fargo (adaptée du film des frères Coen et avec l'excellent Martin Freeman) a remporté celui de la meilleure mini-série. En France, je rappelle que vous pourrez retrouver les épisodes de Fargo sur Netflix ;) Transparent, qui raconte l'histoire d'un père transgenre qui fait son "coming out" et récompensée au titre de la meilleure série musicale ou comique, prouve que les canaux de distribution évoluent avec leur temps : c'est en effet le géant Amazon qui est à la production ! Gina Rodriguez, Golden Globe de la meilleure actrice dans une série comique, me fait revoir mes a priori sur Jane The Virgin, au pitch improbable et diffusée sur la CW. Au ciné, Boyhood, qui raconte l'histoire d'un petit garçon étalée sur 12 ans, repart avec la statuette du meilleur film dramatique. La cérémonie a également marqué le grand retour de Michael Keaton, sacré meilleur acteur dans une comédie pour son rôle presque autobiographique dans le film Birdman. Le palmarès complet ici.
 

Le tapis rouge. Les couples (professionnels, amoureux ou familiaux) étaient à l'honneur et nous ont réservé de beaux moments, comme Keira Knightley qui dévoilait les prémices de son ventre arrondi accompagnée de son rocker de mari ou encore Amal Alamuddin qui faisait ses débuts dans la sphère hollywoodienne au bras de George What else ? Clooney. Emma Stone a prouvé que l'on pouvait être féminine et glamour sur le tapis rouge même en pantalon (signé Lanvin tout de même) tandis que la plus belle robe de la soirée va, selon moi, à Jessica Chastain et dont le plissé n'est pas sans rappeler la légendaire Marilyn Monroe.
 
Tina Fey & Amy Poehler - Keira Knightley & James Righton - Justin Theroux & Jennifer Aniston -
Amelia Warner & Jamie Dorman - Jake & Maggie Gyllenhaal - Diane Kruger & Joshua Jackson -
George Clooney & Amal Alamuddin - Anna Farris & Chris Pratt
 Best Dressed
 
Reese Witherspoon (Calvin Klein Collection) - Jessica Chastain (Atelier Versace) - Rosamund Pike (Vera Wang) - Emma Stone (Lanvin) - Taylor Schilling (Ralph Lauren) - Anna Kendrick (Monique Lhuillier) - Allison Williams (Armani Privé) - Jemima Kirke (Rosie Assoulin)
 

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire